Le vin est-il si malsain ?

4 novembre 2018
Cette charmante demoiselle aurait-elle bu un peu trop de vin ? Ô déception...

Le vin : élixir de jouvence ou malfaisant breuvage ?

Parce qu’il est aussi vieux que le monde, et qu’il traverse les tables des hommes depuis plus de 8000 ans, on lui devait bien un article. Nectar des dieux pour les uns, invention du diable pour les autres, ou encore simple promesse d’ivresse, le vin reste et restera l’une des premières boissons de l’humanité.
Depuis le néolithique où il trouve naissance par hasard au Moyen-Orient, en passant par l’Egypte, la Grèce, l’Italie, puis la Gaule, il a su en quelques siècles conquérir sans heurts tout le bassin méditerranéen. Aujourd’hui décliné sous toutes les formes, couleurs ou cépages, on le trouve sur presque toute la surface du globe… Voir même, de temps à autres, jusqu’à la table de « Faut qu’ça sorte ! ».

 

Car OUI, on peut prendre soin de soi, et aimer le bon jaja. Et puis comme on dit, si les anglais ont l’humour et les allemands la rigueur… chez nous, au moins, on a du bon vin ! Il faut bien qu’il nous reste quelque chose, non ?

Pour ou contre la consommation de vin ?

Ne nous voilons pas la face, le vin, c’est de l’alcool, et l’alcool, c’est EXTRÊMEMENT mauvais pour la santé, à tous les niveaux. Mais parce qu’il est chargé d’antioxydants, en particulier de flavonoïdes comme la quercétine et le resvératrol, le vin peut stimuler pas mal de processus de l’organisme : améliorer le cholestérol, aider à gérer le diabète, lutter contre l’obésité ou encore prévenir le déclin cognitif.

 

De notre côté, après avoir bien pesé le pour et le contre, on garde notre ligne de conduite : NON aux excès et aux mauvaises habitudes, mais OUI à un bon petit verre de temps en temps – et aujourd’hui, on va t’expliquer pourquoi.

Cette charmante demoiselle aurait-elle bu un peu trop de vin ? Ô déception...
Un dîner en amoureux ? Oui le vin peut être très élégant lorsqu'il est consommé en toute modération.

Pour le cœur bien sûr !

De nombreuses études ont démontré les bienfaits du vin sur l’activité cardiovasculaire grâce à ses polyphénols : des molécules produites lors de la fermentation qui ont une action particulièrement antioxydante. Même si c’est vrai qu’ici on est plutôt branché système digestif, n’oublions pas que le cœur est tout de même un organe clé…

 

Pour le moral !

Selon plusieurs équipes de chercheurs, les composés phénoliques du vin protègent certaines zones du cerveau et contribuent notamment à diminuer le risque de dépression, ou même certaines maladies neurodégénératives comme Alzheimer. Chez ceux qui boivent modérément évidemment.

 

Pour vivre vieux !

D’après une étude finlandaise, ces mêmes composés favoriseraient la longévité, avec un taux de mortalité réduit de 34 % !
Le hic, c’est que toutes les autre études faites sur l’alcool prouvent le contraire. Un verre par jour ok. 2 ça passe. Plus, c’est carrément dangereux. Et produit l’effet inverse.

Quand on en arrive à boire son vin à la bouteille et ne faire qu'un avec ses rougeurs alcooliques, ça devient dramatique.
Boire un peu de vin avec les copains, ça reste sympa !

Pour tes dents !

Le vin empêche certaines mauvaises bactéries de peupler ta bouche en évitant ainsi les infections bucco-dentaires. Ses propriétés anti-microbiennes peuvent même prévenir l’apparition de caries, comme l’a prouvé une équipe de l’Université de Madrid.
Malgré tout, sachant que le vin provient du raisin (fruit sucré à l’indice glycémique très élevé), que la maturation de celui-ci accroît sa teneur en sucre (1 verre peut contenir jusqu’à l’équivalent de 8 morceaux de sucre !) , et que le sucre favorise le développement des bactéries buccales, je ne suis pas un fervent supporteur du bain de bouche au vin.

 

Pour ton cancer !

Ce coup-là c’est un peu plus ambigu… L’alcool est sans aucun doute un facteur aggravant pour toutes les maladies mais en ce qui concerne le cancer du côlon, il semblerait que ce bon resvératrol, présent en quantité importante dans le vin rouge, ait un impact positif (Université de New York Stony Brook, Joseph Anderson, Septembre 2006).
Cependant, le vin contenant une forte dose de sucre, comme vu plus haut, et le sucre étant le premier carburant des cellules cancérigènes (que nous avons TOUS en quantités plus ou moins élevées), n’allons surtout pas croire qu’il s’agirait d’un médicament…

Toi qui a commencé l’article le coeur léger en te disant « chouette, on peut toujours prendre des cuites “healthy” au pinard ! », et bien c’est NON ! Le vin reste un alcool et si tu veux préserver un minimum ton foie, qui je le rappelle est un organe super méga important, il t’est recommandé de consommer ce breuvage avec modération, respect, ET DIGNITÉ, que diable. N’oublie jamais ce bon dicton : “Le vin est innocent, seul l’ivrogne est coupable”.

Allez, c’est bien parce qu’on est sympa… si jamais tu as EXCEPTIONNELLEMENT un peu trop abusé, viens donc jeter un œil à l’article Crise de foie VS Gueule de bois. D’ici là… à la tienne !

 

 

 

Adrien Richard & William Lowes

%d blogueurs aiment cette page :