Oesophage

Spéléologie œsophagienne

Attrape ta corde et ta lampe torche, Jones, c’est l’heure de poursuivre notre voyage au cœur du tube digestif. La petite pomme que tu as dûment mastiquée lors du premier épisode vient maintenant d’être poussée dans le fond de ta bouche par les mouvements concertés de ta langue et ton palais. Elle traverse ensuite le pharynx et le larynx, qui se tortillent ensemble dans une parfaite danse synchronisée. Tous deux s’élèvent, s’élargissent et se contractent comme des vers pour finalement pousser le bol alimentaire vers l’œsophage, tunnel d’accès vers la première salle de transformation : l’estomac.

L'oesophage, antre du tube digestif : imagine un peu Indie déjouant les pièges dans la grotte... A ton tour !
Schéma de l'oesophage et l'estomac pour comprendre par où passe ta nourriture

Un tuyau trop peu connu

 

Si l’on devait créer une expression appropriée au système digestif, ça donnerait probablement quelque chose comme : « Un boyau, une mission ». Et si l’on avait à citer un organe pour lequel cette citation se trouve parfaitement véridique, aucun doute, on parlerait bien de l’œsophage. A son actif, une seule devise : assurer la descente des aliments jusqu’à l’estomac sans encombre.

 

On aurait pu espérer à ce titre qu’il prenne le chemin le plus court pour réaliser sa tâche ; or en regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il a choisi d’atterrir non pas au milieu du sommet de l’estomac, mais plutôt clairement sur le côté droit, pour former un angle bien utile, l’angle de His. Ne commence pas à accuser Mère Nature de nous compliquer la digestion et constate plutôt le génie de ton propre corps : quand tu ris, marches, ou fournis un quelconque effort, ton ventre se contracte ; ce qui crée une pression venant du bas sur ton estomac. Imagine alors si l’œsophage était vissé directement en haut… Tu peux d’ici voir survenir le rot mal placé au premier trait d’humour de ton/ta dulciné(e), ou ton petit-déj’ repartir en geyser pendant ta séance d’abdos matinale.

Manger la tête à l’envers ?

Conséquence de ce petit détour, la progression des aliments n’est pas due à la gravité mais nécessite un petit coup de pouce. La propulsion des aliments dans le bon sens n’est pas un souci pour l’œsophage – faut dire qu’il est plutôt dans le genre équipé. Entièrement couvert de muscles qui s’enroulent autour de lui en spirale, il est parcouru d’une contraction musculaire progressive, de haut en bas, à la seconde qui suit la déglutition et l’ingestion de salive. Ce phénomène est aussi appelé onde péristaltique ; c’est un peu comme si ton dentifrice quasi-vide se contractait tout seul pour amener une dernière goutte de pâte jusqu’à la sortie du tube. Du LOURD.

Et pour éviter le chemin inverse des aliments, l’œsophage est aussi le roi des rois. A son extrémité supérieure, il est muni d’une porte d’entrée sécurisée (un sphincter) pour bloquer tout reflux éventuel des aliments vers la bouche. Il traverse ensuite le diaphragme, maxi-muscle situé juste au-dessus de l’estomac, au niveau du thorax. En cas de pression abdominale, celui-ci porte assistance et se contracte, appliquant ainsi une pression externe pour fermer l’œsophage de l’extérieur. La troisième et la plus importante des sécurités : le sphincter inférieur de l’œsophage. Les derniers centimètres de ta super tuyauterie anti-retour sont contractés, en vigilance constante, et ne se détendent qu’après avoir reçu le signal de la déglutition.

* C’est quoi un sphincter ?

C’est un muscle fonctionnel en forme d’anneau qui sert à contrôler l’ouverture ou la fermeture de certains orifices naturels. On en dénombre plus de dix dans le corps humain, certains servant à dilater la pupille, quand d’autres moins élégants mais mieux connus permettent d’évacuer les selles.

Enfin tout en bas, il est connecté au cardia, orifice d’accueil des aliments dans l’estomac – qui assure sensiblement la même fonction anti-remontée alimentaire. Bilan des opérations : tu peux toujours avaler ta pomme en poirier (je te l’accorde, ce n’est pas très instinctif), elle finira quand même à bon port.

 

 

 

Rédaction : Adrien Richard

Illustrations : Juliette Moitron

 

 

 

Sources :

 

Dr COTINAT, Martine. Soigner le reflux naturellement. Guide, 2014. 312 pages.

 

MAGNIN Elise. Œsophage : Anatomie, Douleurs, Prévention, Maladies. passeportsante.net. Juillet 2017.

 

C. DIMARINO Michael. Présentation de l’œsophage. LE MANUEL MSD ; www.msdmanuals.com. Septembre 2017.

 

VIDEO : Le reflux gastro-oesophagien. LE MANUEL MSD ; www.msdmanuals.com. Septembre 2017.

 

Œsophage. Futura Santé ; https://www.futura-sciences.com. Juillet 2017.

Check ton toubib !
 

Le contenu de cette page ne remplace en aucun cas les conseils, avis, prescriptions, consultations, traitements ou diagnostics d’un médecin ou professionnel de la santé.
Seul un professionnel de la santé est apte à fournir à l’internaute un avis médical approprié, quelle que soit sa condition.