Estomac

Descente dans les profondeurs de l’estomac

A partir de maintenant je ne vais pas te mentir, pour la pomme qui te traverse, ça sonne un peu comme un début de film d’horreur. Pour te mettre à sa place, imagine-toi à l’entrée d’un parc d’attraction super sympa, tu te pointes au guichet et tu reçois un ticket « aller sans retour ». Dès que tu as franchi les premiers mètres, le guichetier ferme la grille ; tu as passé le cardia, te voilà maintenant dans l’estomac. C’est là que commence le manège infernal.

L’estomac, ce haricot magique aux multiples pouvoirs

« Un haricot magique ? Le type me prend pour un enfant de trois ans ou quoi ? »
Camarade, calmons nos ardeurs et entendons-nous au plus vite. Loin de moi le souhait d’infantiliser quiconque ou d’écrire un article accessible dès la crèche. J’espère simplement pouvoir offrir une image percutante qui te permettra de retenir les informations qui vont suivre.

 

Oui, j’ai bien dit haricot. Tout simplement parce que l’estomac RESSEMBLE à un haricot. Pour être plus précis, il s’apparente à une grosse fève d’une vingtaine de centimètres de long, qui débute sous le sein gauche et se termine un peu plus bas que la dernière côte droite. Comme tu le sais, il est relié par le haut à l’œsophage par le cardia, et plus bas au duodénum (partie haute de l’intestin grêle) par le pylore ; encore un sphincter fonctionnel qui déclenche l’évacuation des aliments au bon moment.

 

Pour prendre toute la mesure de l’aspect magique de cet organe, il va maintenant te falloir être bien attentif : il possède en effet de si nombreux pouvoirs que tu risques d’en être déboussolé.

 

Sa première mission, le stockage, et avec lui, premier dilemme. Comment s’expliquer que l’on parvienne à contenir, sans mise en condition préalable, les toasts, le foie gras, les huîtres, la dinde aux marrons, le fromage, la bûche et le demi-litre de vin du repas de Noël dans un si petit espace ? Tiens-toi bien : l’estomac est capable de se distendre jusqu’à atteindre une capacité de stockage de trois à quatre litres !

La ressemblance entre un haricot magique et un estomac est frappante, non ?
Ton estomac peut stocker tous ces aliments, et en plus il les transforme en chyme !

 

Un peu de mal à respirer après ton repas champion ? C’est la rançon de la gloire, ou simplement les lois de la physique qui te ramènent à la réalité. En effet, la zone de stockage temporaire est située en haut de l’estomac et s’appelle le fundus. C’est l’espèce de « dôme » au-dessus du cardia, qui accueille les nouveaux aliments et se dilate en premier lieu. Malheureusement pour toi, il se tient à peu près derrière le poumon gauche, et plus il grossit, plus il oppresse ce dernier. Ce qui nous amène à une conclusion simple : on ne peut pas ingurgiter la moitié de son frigo sans que derrière, ça comprime un peu la cage thoracique.

Un brasseur sachant brasser

Une fois les aliments arrivés, il va falloir en faire quelque chose de liquide – c’est même, loin devant le stockage, le rôle essentiel de l’estomac. Et pour mener à terme cette bien rude tâche, ton haricot magique va devoir faire appel à l’ensemble de ses capacités.

 

Non-content d’être élastique, l’estomac, à l’instar de Sylvester Stallone dans ses années folles, est entièrement couvert de muscles. Ceux-ci lui permettent de brasser son contenu inlassablement jusqu’à obtenir une texture parfaitement liquide et assimilable. Mais tu devrais être d’accord avec moi sur ce point : quelle que soit sa force, on a beau malaxer une tranche de rôti entre ses mains aussi longtemps qu’on le souhaite, elle ne finit jamais fluide comme de l’eau – aussi doit-il manquer quelques ingrédients pour compléter la démarche.

 

Quel fin limier tu fais ! Les parois internes de l’estomac sécrètent en effet de l’acide chlorhydrique et des enzymes gastriques qui viennent respectivement dissoudre les morceaux de pomme mal mastiqués et découper les protéines alimentaires en petits morceaux.

* Minute Culture : l’eau dans les repas

Mémé, tes parents, Internet, Doctissimo, et la Terre entière, t’ont répété toute ta vie qu’il fallait boire deux litres d’eau par jour, et bon élève que tu es, tu appliques ce conseil à la lettre. ATTENTION CA VA SECOUER : je ne suis pas complètement d’accord. Primo, nous n’avons pas tous les mêmes besoins en eau. Deuzio, une alimentation riche en fruits et légumes représente déjà à elle seule une bonne partie de nos apports journaliers. Tertio, je ne suis pas convaincu qu’il faille soumettre ses reins à une activité soutenue en continu – mais à la limite, tout ça, ce n’est pas mon combat – chacun ses besoins et croyances. Tu peux donc continuer à boire comme un chameau si tu en ressens le besoin, aucun inconvénient, SAUF SI TU LE FAIS N’IMPORTE QUAND.

 

Explications.
Tu auras compris que ton estomac produit de l’acide pour dissoudre les aliments. Notion de chimie complémentaire : plus on rajoute de l’eau à un acide, plus il est dilué, moins son pouvoir oxydant ou corrosif est efficace. Donc si tu avales un litre d’eau pendant le repas, tu dilues d’autant l’acide chlorhydrique produit, et tu ralentis d’autant ta digestion. Un conseil : ne pas hésiter à boire beaucoup ENTRE les repas, mais pas à table !

Là tu vas me dire « Mais comment ça se fait que l’estomac ne se digère pas tout seul s’il peut dissoudre un steak ? ». Beau réflexe, Sherlock ! Les cellules qui le constituent produisent en permanence un mucus protecteur qui recouvre la muqueuse interne pour empêcher les enzymes de digérer notre précieux haricot de l’intérieur, et du bicarbonate de calcium qui neutralise l’acide gastrique.

* Bon à savoir

Plus les fragments de nourriture qui arrivent seront gros, plus cela nécessitera de temps et d’effort à ton estomac pour les réduire en bouillie. Donc si tu n’as pas bien mastiqué, on retourne en révision au premier épisode !

Après trois à huit heures de combat acharné, et quoi que tu aies pu avaler, le résultat qui en découle est plus fluide qu’un smoothie banane. Ce mélange d’enzymes, d’acide, de protéines et de bons nutriments s’appelle le chyme. Assez liquide tu dis ? Ni une ni deux, le pylore s’ouvre et le contenu de l’estomac part dans l’intestin grêle. Et là-bas, crois-moi, ça va devenir très fun.

Résumons rapidement : le bol alimentaire traverse l’œsophage qui se fiche royalement de la gravité. Le contenu passe les portes de contrôle – le cardia – qui s’assure que la nourriture ne fait que descendre et ne remonte jamais. L’estomac, qui ne mesure qu’une vingtaine de centimètres, peut se dilater pour stocker jusqu’à quatre litres de volume.

 

Une fois rempli, il se contracte et brasse son contenu avec patience pendant des heures entières. Il y ajoute de l’acide et des enzymes pour parvenir à rendre parfaitement assimilable les immondices que tu ingurgites sans même y penser. Malgré la difficulté de la tâche qui lui incombe, il prend aussi le temps de te protéger, et ne se fait que rarement remarquer. Si après avoir lu tout ça, tu ne le trouves pas magique, ton haricot, dis-toi qu’il mérite au moins beaucoup de respect.

Ton estomac, ce héros ! Après des heures de combat acharnées, il mérite le respect.

Tenté(e) de lui filer un coup de pouce ? RDV sur le TUTO ASSOCIATIONS ALIMENTAIRES, tu n’imagines même pas comment tu vas changer ta vie en appliquant deux ou trois petits « tips » simples (et pour toi qui n’est pas hipster ni bilingue, tu peux traduire « tips » par « conseils », ça marche aussi, promis).

 

 

 

Rédaction : Adrien Richard

Illustrations : Juliette Moitron

 

 

 

Sources :

 

Dr COTINAT, Martine. Stop aux brûlures d’estomac. Broché, 2009. 224 pages.

 

Dr LANDIVIER, Alain. Estomac : du mal aux mots. Alpen, 2016. 128 pages.

 

MENNECIER, Didier. Quel et le rôle de l’estomac dans l’organisme ? hepatoweb.com. Novembre 2017.

 

LEWIN, Miguel. Estomac. Encyclopédie Universalis, universalis.fr. Août 2017.

 

MAGNIN Elise. Estomac : Anatomie, Douleurs, Prévention, Maladies. passeportsante.net. Juillet 2016.

 

L’estomac – poche stomacale. Lecorpshumain.fr. Mars 2016

 

Check ton toubib !
 

Le contenu de cette page ne remplace en aucun cas les conseils, avis, prescriptions, consultations, traitements ou diagnostics d’un médecin ou professionnel de la santé.
Seul un professionnel de la santé est apte à fournir à l’internaute un avis médical approprié, quelle que soit sa condition.