Salade de crudité qui va t’en faire baver

24 juillet 2018
La salade de crudité qui fait bien saliver !

Pour apprécier cette salade de crudités, il te faudra peut-être réapprendre à manger…

C’est grâce à l’article sur la bouche, que tu as compris l’importance de la mastication et de la salivation dans ta digestion ; et tu as ouvert la porte de ton frigo. Et là, horreur, l’aliment le plus consistant que tu as pu identifier, caché derrière les jus de fruits, le reste de purée d’hier et la soupe de dépannage… c’est une motte de beurre un peu plus ferme que d’habitude.

 

Pas de panique, attrape ton courage à deux mains, ton vélo et le fond de ton porte-monnaie, et va faire un saut au marché ou au magasin bio le plus proche. On va se faire un petit en-cas pour deux à en faire frémir Cyril Lignac, en deux coups de cuillères à pots (oui, c’est vraiment une expression qu’il m’arrive d’utiliser, bien que je n’en ai jamais compris ni l’origine ni le charme).

Pour activer ta mâchoire (et celle de ta / ton partenaire), il te faut :

 

  • Deux carottes moyennes,

 

  • Une betterave,

 

  • Quatre belles cuillères à soupes de choucroute crue,

 

  • Quelques olives vertes,

 

  • Quelques brins de persil (ou mieux, de coriandre si tu aimes les saveurs plus prononcées),

 

  • Le jus d’un demi citron,

 

  • Une cuillère à soupe de tamari (ou de sauce soja si tu te sens sortir de ta zone de confort quand tu traverses le rayon « produits du monde »),

 

  • Trois cuillères à soupes d’une huile qui fait rêver, idéalement colza ou sésame, et si t’as rien de tout ça ne jette pas tes légumes, une bonne huile d’olive fera aussi le taff,

 

  • En option, « le plus du champion » : une cuillère à soupe de gomasio (graines de sésame broyées et salées).
La salade de crudité qui fait bien mastiquer

C’est maintenant que ça devient hyper technique : il va falloir que tu épluches tes légumes et que tu les râpes. Tu les mélanges avec ta choucroute et tu répartis cette joyeuse salade de crudités « trois couleurs » sur deux assiettes, façon « classy 2017 », avec deux brins de persil entiers faussement jetés là par hasard – parce que merde, ça compte, le dressage.

 

Si tu es parvenu sans faillir jusqu’à la fin de cette épreuve, tu mets tout le reste de ton persil (ou de ta coriandre) sur une planche à découper avec tes quelques olives et TAC-TAC-TAC-TAC-TAC tu haches tout ça hyper finement avec l’énergie du désespoir, courage, tu vas bientôt manger. A toi de trouver ta source d’inspiration pour réaliser cette tâche difficile… si certains iront jusqu’à imaginer qu’ils mutilent leur patron, il suffit parfois de lancer sa musique préférée pour garder le tempo – qu’importe, tant que le résultat parvient à la hauteur de tes espérances.

 

Réserve ce hachis vert dans un bol, rajoute le jus de citron, la cuillère à soupe de sauce tamari, l’huile, touille comme si ta vie en dépendait. Arrose copieusement ta salade de crudité, contemple une seconde la puissance de cette mixture croquante pleine de vie. C’est prêt, mais avant que tu te lances j’ai un dernier défi à te proposer : essaye de mastiquer chaque bouchée jusqu’à la rendre liquide avant de l’avaler.
Si ton assiette est propre en moins de quinze minutes, c’est que tu as triché. Si tu as mis plus d’une demi-heure, c’est que tu commences à trouver la foi. Ma parole, j’en ai les larmes aux yeux.

 

 

 

Adrien Richard

%d blogueurs aiment cette page :