Tian de légumes

3 septembre 2018
Tian provençal aux beaux légumes estivaux, pour manger un bout de soleil !

Un tian vaut mieux que deux… tu l’auras

Voilà l’été, toujours l’été, ça sent l’été éhéééééé ! Et avec le refrain entêtant des Négresses Vertes dansent en farandole les délicieux légumes estivaux. Courgettes, tomates, aubergines et oignons nouveaux se pressent dans les paniers pour notre plus grand bonheur – ah vivement qu’on rentre à la maison dis, on va s’en mettre jusque-là !

 

C’est seulement une fois armé d’un couteau et d’une planche à découper que le rêve s’écroule. Il t’aura fallu non loin d’une demi-heure de réflexion pour en arriver à cette bien triste question : que vas-tu pouvoir bien faire de tout ça ? Soudain, aux tréfonds de ton subconscient s’agite un souvenir : la bonne vieille ratatouille de mémé Suzette.
Oui mais voilà, une bonne vieille ratatouille, c’est bon, mais c’est long. Et puis à la fin surtout, c’est tout mou.
Tu peux relever le menton et commencer à préchauffer ton four, car aujourd’hui un vent du sud vient balayer une bien trop vieille tradition familiale. Crois-le ou non, ces légumes finiront cuits mais croquants, non de non.

Pour redonner toute la superbe bien méritée à la sélection potagère de l’été et surprendre ta petite famille, il te faut :

 

 

  • Une belle aubergine

 

  • Deux courgettes

 

  • Trois ou quatre tomates fraîches, selon le calibre

 

  • Trois oignons nouveaux (ceux avec les tiges vertes, vendus en botte, miam)

 

  • Une gousse d’ail qui se respecte

 

  • Des herbes de Provence en veux-tu en voilà

 

  • De l’huile d’olive comme s’il en pleuvait

 

  • L’option « grande faim » : quatre pommes de terre moyennes (à inclure ou pas selon le menu)
Tian traditionnel pour apprécier les bons légumes d’été.

Premier bouleversement dans tes habitudes, tu ne vas pas te servir d’une casserole sur une plaque de cuisson mais bel et bien d’un plat qu’il va te falloir mettre au four. Si tu parviens à assumer cette secousse, préchauffe ta bécane à 180°C et badigeonne ton plat d’huile d’olive : c’est officiel, tu as sauté le cap, tu peux maintenant te lancer dans la découpe des légumes.

C’est Mémé Ratatouille qui va tomber de son rocking-chair, car sur ce point aussi on fait valdinguer les traditions ; pas question de bouffer des veggies bâclés en cubes aujourd’hui. Il te faut désormais débiter tout le contenu de ton panier en fines tranches que tu réserves dans des assiettes séparées – à l’exception de l’ail que tu vas détailler en tout petits morceaux. Nous voilà enfin arrivés à l’instant créatif, le pur moment de kiff : le subtil placement des légumes dans le plat.

 

Pour cette phase, plusieurs écoles existent, et il appartient à chacun de trouver son style. Après quelques années de pratique, j’en suis personnellement arrivé à une conclusion – la véritable beauté se contient dans la simplicité. Aussi vais-je me contenter de te partager mon « pattern » : une rangée d’aubergine, une rangée de courgette, une rangée d’oignons, une rangée de tomates, une rangée de patates… et on recommence, le tout disposé légèrement en biais. Tu peux ensuite « semer » tes fragments d’ail en surface, napper d’herbes de Provence et immoler le tout d’huile d’olive. Enfourne enfin une heure à 180°C, respire, tu peux retourner t’avachir devant YouTube.

 

Si tu gères à peu près la crise, tu devrais t’en sortir avec un visuel qui correspond plus ou moins à la photo ci-dessus. Ce dimanche, ça devrait faire le taff pour ton/ta partenaire… voir même épater Mémé si elle est de la partie.

 

 

 

Adrien Richard

%d blogueurs aiment cette page :